Savoir encourager et féliciter ses salariés

Savoir encourager et féliciter ses salariés

Savoir encourager et féliciter ses salariés

Dans la culture française, les salariés et les managers ont plus tendance à voir les choses qui ne vont pas plutôt que les choses qui vont bien. Et ceci contrairement à la culture américaine de l’entreprise qui ne cesse de chercher à valoriser les succès que ceux-ci soient individuels (employé du mois par exemple) ou collectifs (réussite d’un projet ou d’une grosse vente).

S’il est clair qu’il faut savoir apprendre de ses échecs pour ne pas les répéter, il faut aussi savoir mettre en avant ce qui va bien surtout lorsqu’on a une équipe à manager. Et, une des façons les plus simples d’y arriver et de savoir encourager et féliciter ses salariés lorsqu’ils atteignent des objectifs ou lorsque l’équipe ou la société a atteint des objectifs. En fait, il faut savoir valoriser le travail et l’implication de ses équipes.

En premier lieu, cela aura des effets immédiats en apportant une certaine satisfaction « instantanée » aux salariés en leur montrant qu’ils sont reconnus pour ce qu’ils font. Mais, cela aura aussi un effet dans le temps, car un salarié satisfait aura beaucoup plus tendance à s’impliquer dans son travail et surtout à rester dans l’entreprise. Ce dernier point n’est certainement pas à négliger, car le coût d’un recrutement est élevé (procédure de recrutement, formation du nouveau salarié, perte de compétences ou de connaissances lors d’un remplacement, etc.) et une certaine instabilité dans les équipes entraîne, quasiment systématiquement, des perturbations non négligeables dans un projet.

Ceci étant, un bon manager doit prendre garde de ne pas tomber dans l’excès et ne pas encourager et féliciter tout le monde sans distinction ou toute la journée. De manière pratique, encourager et féliciter ses salariés doit se faire, de manière ponctuelle :

  • Suite à une réalisation ou une action remarquable ; c’est-à-dire une réalisation ou une action qui sort du quotidien.
  • Si un salarié a réalisé, dans le délai fixé et sans compromettre ses autres tâches, plus que ce qui lui était demandé avec un niveau de qualité avéré (la quantité n’est rien sans la qualité)
  • Si un salarié s’est investi plus que nécessaire à un moment donné pour la réussite du projet ou de l’entreprise lors d’une phase critique. Exemples : partir plus tard, venir le week-end, décaler un congé, etc. Concernant ce point précis, un prochain article présentera, plus en détail, la problématique de gestion des salariés qui travaillent, chaque semaine, systématiquement plus que la durée légale du travail car cela n’est pas toujours synonyme de qualité.

Pour être efficaces, les félicitations et les encouragements doivent être systématiquement ciblés et doivent correspondre à une réalité quantifiable. Chacun doit savoir pourquoi il est félicité et encouragé et ses collègues de travail doivent aussi comprendre pourquoi.

Si ce n’est pas le cas, les félicitations et les encouragements vont apparaître comme étant arbitraires et sans fondement ; ce qui en annulera tous les effets bénéfiques et surtout contribuera à dévaloriser, sur la durée, le manager qui utilise cette pratique.

D’autre part, il faut que le manager prenne garde à ne pas aller contre sa propre nature. En effet, si les félicitations et les encouragements n’apparaissent pas comme étant réels et sincères leur effet ira, très certainement, à l’inverse de l’effet recherché.

Sinon, un des autres avantages à savoir reconnaître le travail et l’investissement de ses salariés et de faciliter la création d’un véritable esprit d’équipe. Pour cela, il est important d’arriver à valoriser et féliciter régulièrement le travail de l’équipe et pas uniquement les réussites individuelles.

Dans la gestion d’une équipe ou d’un salarié, la reconnaissance passe aussi par de simples mots ou de simples gestes du quotidien. Ainsi, pour prendre un exemple, un manager doit apprendre à dire merci lorsqu’un de ses subordonnés réalise un travail pour lui qui sortait un peu de l’ordinaire. Il doit aussi savoir organiser des « événements » comme des repas ou éventuellement des sorties collectives pour créer plus de cohésion dans ses équipes mais aussi pour montrer, d’une certaine manière, sa reconnaissance. Cela peut aussi passer, au quotidien, par le simple fait d’offrir ou de partager un café avec un ou plusieurs salariés.

Dans tous les cas, le manager ne doit jamais oublier que la discussion et les échanges informels sont aussi importants que ce qui est formalisé et que savoir s’intéresser à la vie quotidienne de ses salariés, sans jamais tomber dans l’excès, est aussi une façon de savoir valoriser ses salariés.

La richesse humaine et la diversité étant sans fin et en perpétuelle évolution. Aussi, il n’existe malheureusement pas de règles absolues pour bien faire dans le domaine de la gestion des ressources humaines. Chaque manager doit donc trouver, par lui-même et en s’appuyant sur son expérience et sur ce qu’il est, les règles et les modes de fonctionnement les plus adaptés à ses subordonnées et à son entreprise.

Ce contenu a été publié dans Ressources humaines, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *