Coût – Délai – Qualité : Les délais

Les délais dans un projet informatique

Les délais dans un projet informatique

Parler de délais pour un projet informatique peut sembler, au premier abord, assez simple. En effet, si on prend la définition de base, le délai sur un projet informatique représente le temps entre la date de démarrage du projet et la date de mise en production du projet. Mais est-ce vraiment aussi simple ?

En premier lieu, il est important de savoir, pour le projet, si le délai a été fixé par rapport à des impératifs de date ou par rapport à d’autres contraintes comme une limitation des coûts.

Dans le cas où il y aurait un impératif de date, une solution éprouvée pour organiser un projet consiste à prévoir toutes les étapes du projet en partant de cette date imposée pour revenir à une date de démarrage du projet. De cette manière, il devient possible de mieux définir les ressources nécessaires à la bonne réalisation du projet mais aussi de bien poser les différents jalons du projet qui permettront de déterminer rapidement si celui-ci pourra ou pas être livré dans les délais fixés.

Si l’impératif de délais est fixé par rapport à d’autres contraintes, le chef de projet devra d’abord penser à organiser son projet en fonction des autres contraintes puis l’adapter pour tenir compte des contraintes fixées sur les délais. Cela ne veut pas dire que la prise en compte des délais n’est pas importante pour la mise en place du projet mais qu’elle est secondaire ; d’autres priorités devant être d’abord prises en compte.

Si maintenant, on demande au chef de projets de définir les délais de son projet, celui-ci devra alors se lancer dans la difficile tâche de l’estimation de l’ensemble des charges associées à son projet. Pour cela, il devra être en mesure de faire une estimation des délais de réalisation de chaque étape de son projet en prenant compte des expériences passées, des règles de bonne pratique en matière d’estimation des projets et surtout des compétences et de l’implication des personnes qui vont être affectées au projet.

Ce dernier point est certainement le point le plus important dans le sens où, sans connaître l’équipe projet il est difficile de faire une estimation fiable. En effet, si on prend un développeur informatique, entre un développeur peu compétent (par manque d’expérience ou autre) et un développeur très compétent, il peut exister un rapport de 1 à 4 en matière de productivité ; ce qui aura une influence énorme sur les délais de réalisation du projet.

Ensuite, sauf à avoir déjà réalisé plusieurs projets similaires dans le passé, il est souvent très difficile d’estimer les délais de réalisation de chaque phase du projet par manque de retour d’expérience et aussi, parfois, par manque de connaissances techniques sur les difficultés qui pourront être rencontrées pendant le projet.

Alors est-il vraiment possible d’estimer les délais de réalisation d’un projet ?

Dans la pratique, la réponse est oui, si on prend en compte une marge de sécurité suffisante sur chaque étape et chaque phase et si on se base sur un certain nombre d’hypothèses de travail qui semblent cohérentes par rapport à l’environnement du projet (exemple : prendre comme hypothèse que les développeurs seront des développeurs moyens).

Ceci signifie que le chef de projet doit être en mesure de prévoir l’imprévu ; cette part d’imprévu devant être aussi réduite que possible pour que l’estimation des délais puisse être la plus réaliste possible. C’est d’ailleurs souvent sur cette partie qu’on distingue le chef de projet expérimenté du chef de projet débutant ; l’expérience étant un atout de taille à ce niveau.

Si, pendant la réalisation de son projet, le chef de projet voit que les délais ne pourront pas être respectés par rapport au planning initial, il aura souvent plusieurs solutions à sa disposition :

  • Demander un décalage du projet dans le temps et donc une augmentation des coûts du projet : C’est la solution qu’il convient de mettre en oeuvre lorsque les autres solutions ne permettent pas de revenir aux délais initiaux.
  • Demander à revoir le contenu du projet : Ne pas faire tout ce qui était prévu initialement, tout en gardant un tout cohérent, peu permettre de tenir les délais
  • Réorganiser les phases suivantes du projet : L’objectif, à ce niveau, est de trouver comment regagner du temps sur les phases suivantes du projet pour le remettre sur la phase en cours qui va demander plus de temps.
  • Abandonner le projet : Si, suite à une analyse ou à une étude préliminaire incomplète, on se rend compte que le projet va être très largement hors délais, la question devra se poser de savoir s’il est toujours ou pas pertinent de le mener à son terme. Si la réponse est oui, le chef de projet devra réorganiser le projet en fonction de nouveaux délais qui seront en adéquation avec la réalité du projet. Savoir abandonner un projet à temps fait partie des qualités attendues d’un bon chef de projet.

Dans la gestion quotidienne du projet, le chef de projets devra suivre les délais au quotidien pour être en mesure de mettre en place, le plus rapidement possible, les mesures nécessaires pour remédier au plus vite à tout retard qui pourrait pénaliser le projet. Dans un projet, les problèmes ont, en effet, plus tendance à s’accumuler  qu’à se résoudre tout seuls. Et, s’ils ne sont pas traités au fur et à mesure, le projet peut vite déraper. Sur ce point, je vous expliquerai, dans d’autres articles, comment faire pour limiter les risques sur un projet et pour le mener à son terme.

Ce contenu a été publié dans Délai, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *